ARTICLE | Le paillage, bonne ou mauvaise idée?

  Le paillage, avantages et inconvénients ? 
 

Je vous propose ici de faire un listing (non exhaustif) des avantages et des inconvénients du paillage. Quels en sont donc les “bienfaits” pour notre terre ? 

Tout d’abord, 

  • Le maintien de l'humidité du sol

> Un sol couvert permettra de faire diminuer l’évaporation de l’eau et donc de la garder plus longtemps dans la terre, et ainsi arroser moins souvent. 

  • La régulation de la température du sol.

> Il sera moins chaud en été, et moins froid en hiver. Le paillage faisant office d’isolant. 

  • La protection contre le soleil et la pluie battante.

> Évitant ainsi d’abîmer son sol. 

  • Nourrir la terre.

> En se décomposant, le paillis deviendra humus, et permettra de nourrir la terre. 

  • Un sol meuble, plus facile “à travailler” ou plus favorable à la montée des semis. 
  • La réduction de l’installation des “mauvaises herbes” par l’absence de lumière qui arrive au sol. 
  • La protection des insectes auxiliaires en hiver, en leur fournissant une protection thermique,  le gîte et le couvert. 
 
 
 
 

Vous l'aurez compris, l’utilité du paillage n’est plus à démontrer ! On en trouve de toutes sortes, du plus classique (tonte de gazon, paille), au plus esthétique: (lin…) Mais lequel est le plus adapté ? Chez les maraîchers, on trouvera principalement les paillages avec bâches en plastique plus ou moins durables et toiles tissées. Ils sont pratiques, généralement réutilisables, pliables et l’installation plus ou moins facile. Le bémol étant le matériau et le fait que ça ne nourrisse pas le sol. 
Isabel, maraîchère à Campagne (30) utilise de la toile tissée pour la durabilité (10 ans) et la praticité, ainsi que de la paille pour le côté biodégradable. Elle explique que c’est le “compromis permaculteur - agriculteur”. Elle ajoute que  “la taille de l’exploitation compte dans les choix de matériaux que l’on fait. Avec une toute petite surface [elle] avait le temps de faire que du biodégradable”.

Le paillage organique est plus répandu chez les particuliers, qui possèdent généralement une petite surface cultivée. Mais certains inconvénients peuvent amener des doutes dans l’esprit du jardinier…
Le paillage, comme dit plus haut, offre aux insectes auxiliaires un abri. Ce qui amène automatiquement à penser qu’ils ne sont pas les seuls à en profiter ! En effet, d’autres insectes indésirables y voient une opportunité. De même pour les limaces.

 


Pas de panique, la solution bio est de favoriser la lutte biologique. En attirant les prédateurs de ces indésirables (oiseaux, hérissons…), nous équilibrons leur population. Mais ça met du temps ! Des répulsifs naturels existent aussi (ail, purins etc.).
Autre inconvénient bon à savoir : même si le paillage empêche à la plupart des herbes indésirables de pousser, il n’en reste pas moins sans faille ! Certaines espèces arriveront à traverser. A contrario, il n’est donc pas facile de semer en pleine terre avec un paillage organique. Enfin, certains végétaux assez fragiles peuvent ne pas supporter l’excès d’humidité dû au paillage et pourrir. 

A vous de peser le pour et le contre !

Elsa
août 2020